Le manga dans la peau, Issa Maoihibou porte sur lui sa passion pour cet art majeur de la culture nippone populaire. Par ses propres tatouages bien sûr, mais aussi par son talent, sa personnalité et son univers excentrique, il s’est imposé comme la figure de proue du tatouage Manga en France, et même au delà de nos frontières. Parce qu’Issa est un pro dans son domaine, il défend la pop culture chaque jour en la figeant sur la peau de gens venus du monde entier jusqu’à son studio parisien, Unique Horn Tatoo. Ouvert en 2015 dans le 11ème arrondissement, c’est le tout premier salon Manga/Geek/anime de France. Chaque jour, la main experte d’Issa, sa connaissance de la culture nippone et son tempérament spontané y font la joie des amoureux de tatouage et de Manga.

Devenu tatoueur par le biais du dessin-animé, celui qui adolescent dessinait des mangas sur la moindre nappe de table et flânait dans les salons de tatouage, ne pouvait que réunir un jour ses deux passions. C’est chez Tin-Tin, le réputé tatoueur du tout-Paris qu’Issa fera ses gammes. En 2004 alors qu’il est fraichement revenu de la Réunion où il étudiait le dessin-animé, le jeune homme se fait embaucher dans le fameux studio de la rue de Douai. Au culot, il entre pour y présenter ses flashes, des planches avec plusieurs modèles de ses dessins (surtout des mangas). Et son coup de crayon séduit le big-boss en personne qui lui propose alors une place. Au bout de 6 mois, je réalisais déjà mon premier tatouage sur un client, ce qui est plutôt rapide, se souvient-il en souriant. Au départ, je faisais un peu de manga à l’occasion. Le tout premier, ce fut Yuuko, la sorcière de la série xxxHOLIC que j’avais alors reproduit sur un bras complet.

Mais lors de ses premières années chez Tin-Tin, Issa apprend surtout à travailler d’autres styles. Le tribal, le japonais traditionnel, le old-school ou l’hyperréalisme, des genres que je n’aimais pas forcément, mais qui m’ont permis de développer mon savoir-faire.

En 2008, le jeune tatoueur plaque tout pour partir travailler en Inde pendant deux ans sous l’exotique pseudo de Dr Bombay. Un voyage initiatique dont il reviendra transformé en 2010. A la fois plus ouvert sur le monde, plus tolérant culturellement, mais aussi plus sûr que jamais de son style et de ce qu’il voulait faire de sa vie. De retour chez Tin-Tin, Issa qui doit alors reconstruire sa clientèle, décide cette fois de faire du Manga sa véritable spécialité. En 2012, je suis allé aux Etats-Unis et j’ai pris une vraie claque. Je me suis rendu compte que les tatoueurs dont j’adorais le boulot se concentraient seulement sur leur style. Ça m’a conforté dans ce choix de ne plus faire que du manga, et j’ai arrêté petit à petit de faire de tout. 

Dès lors, Issa va pouvoir laisser s’exprimer complètement son talent. Cet amoureux de Sailor Moon, Kill La Kill ou de One Piece va faire de sa passion de toujours, sa signature dans le milieu du tatouage. Jour après jour, tatouage après tatouage, le jeune homme développe son style et nourrit son art. J’aime bien faire des mélanges, avoue-t-il. Des traits fins pour le visage et plus épais pour les vêtements, m’inspirer d’estampes japonaises ou de motifs de kimono traditionnels pour les marier avec le manga pur et dur. Petit à petit, Issa développe donc sa spécialité comme sa clientèle, au point de devenir la référence ultime pour quiconque en France voudrait se faire tatouer un Son Goku sur la cuisse ou un Chevalier du Zodiaque sur l’épaule.

Et en 2015, 10 ans après son premier tatouage, Issa prend son indépendance et ouvre enfin son propre salon Unique Horn Tatoo dans le quartier Oberkampf. Succès immédiat, les clients se pressent dans son studio pour lui confier leur peau, et certains viennent du bout du monde pour se faire tatouer leur manga favori de sa main experte.